Le torticolis congénital, qui repose sur un
problème musculaire, peut en être la cause.
Son dépistage doit être réalisé le plus tôt possible,
ainsi des séances de kinésithérapie soigneront
très facilement cette pathologie et permettront
à votre bébé de retrouver harmonie et bien-être.

Qu’est-ce que le torticolis congénital ?

Spécifique au nourrisson, le torticolis congénital
se traduit par la difficulté à bouger la tête.
Il est principalement de 2 types :

le torticolis musculaire
et le torticolis postural.

Pour le détecter :
observer et consulter votre médecin

Dès la naissance :
Votre bébé a la tête penchée et n’arrive pas à la tourner
Il tourne la tête systématiquement du même côté
En le regardant de dessus
vous pouvez détecter une asymétrie cranienne

Pour le soigner : la kinésithérapie

Le traitement en première intention est la kinésithérapie.
Une rééducation par un kinésithérapeute à base d’étirements, de mobilisation, de stimulation d’éveil,
de surveillance de la posture et de conseils
Des exercices à faire régulièrement à la maison
par les parents.

Les risques d’un torticolis congénital
pour l’enfant


Dans 98 % des cas, le torticolis est bénin et réversible par
une rééducation appropriée. Mais pour certaines formes
de torticolis soignées trop tardivement, le torticolis pourrait nécessiter un traitement chirurgical pour récupérer la mobilité.
Tout en respectant les recommandations de dormir sur le dos il est conseillé de mettre votre enfant sur le ventre une dizaine de minutes par jour, réparties au moins 3 fois dans la journée

Varier les positions de jeu à plat ventre (assis dans un coussin d’allaitement, couché sur le côté) pour stimuler son développement et les muscles cervicaux. Utilisez des accesoires (miroirs, centres d'activités et de sons, livres et hochets) pour l'encourager à soutenir ses efforts en restant dans cette position.

Les premiers mois, votre enfant ne peut tenir sa tête pourtant il faut l’encourager à le faire et les pleurs au début ne sont pas graves. Pour l’aider à tenir sa tête, il faut mettre ses bras en avant, rouler une serviette ou un coussin sous son thorax.
   
  Stimulation
Stimuler l’utilisation de ses bras et de ses jambes de façon symétrique et si il présente un torticolis à l'opposé de l'attitude pathologique. Stimulation visuelle et auditive fréquente surtout du coté d'une éventuelle raideur (par la lumière,
les jouets avec du bruit).
Rotation de la tête
Stimuler l’enfant pour l’encourager
à tourner sa tête du côté où le mouvement est le plus limité.

Dodo sur le dos
En présence d’une d’asymétrie ou d'un crâne plat, éviter que la tête ne repose sur la région aplatie en la positionnant sur la partie la plus arrondie. Par exemple : Mettre le mobile au dessus du bassin ou pieds, pas au dessus de la tête, pour éviter une hyper extension.
Transport dans les bras ou autre
Varier les positions (dos contre soi, sac ventral, incliné sur le côté, à plat ventre sur l’avant-bras.)

Quand vous prenez votre enfant du lit ou autre, ne pas prendre l’enfant sous les bras mettez une main sous la tête /épaule et l’autre sous les cuisses/fesses.
Assis
(siège d’auto, transat)

Assurer un bon alignement tête-tronc-bassin et stabiliser le bassin de l’enfant avec des rouleaux de serviettes au besoin. 
Si sa tête tombe de côté, mettre le transat en position plus couchée ou utiliser un oreiller pour stabiliser la tête.
 
       
  Biberon
Lorsque vous donnez le biberon, pensez à alterner le sens (comme au sein) et à mettre une tétine à débit lent.
Marche rampante
et 4 pattes

En jouant, rechercher la marche rampante et le 4 pattes qui sont deux étapes très importantes pour le tonus musculaire.
Debout
En général, éviter de trop utiliser les accessoires (jolly jumper, centre d’activités debout) qui permettent à l’enfant de se tenir debout avant qu’il ne puisse le faire de lui-même.